Entretien

 

 

    Une CURTA doit bénéficier d'un entretien au minimum tous les quinze à vingt ans dès qu'elle est un tant soit peu utilisée.

 

    Pourquoi ?

 

    - Avec le temps, l'huile et la graisse qui lubrifient la plupart des mécanismes se décomposent et s'allient à la poussière toujours un peu présente pour ne plus faire fonctionner la machine correctement et assez vite la détériorer, en particulier au niveau des mécanismes de retenues, des curseurs et du cliquet.

 

    En quoi consiste un entretien ?

 

    - Démontage complet du chariot et du corps (tout nettoyage en ne démontant que les coques et en plongeant la machine dans une solution quelle qu'elle soit est une abomination mécanique).

    - Passage de toutes les pièces aux ultrasons (sauf les coques et quelques pièces secondaires).

   - Vérification de tous les axes. Ils doivent tourner dans une enveloppe de trois centièmes de mm pour le central (en son centre, car son bas et son haut tolèrent du plus large), et de cinq centièmes pour les périphériques.

   - Vérification de toutes les barres de retenues, et passage au projecteur de profil de celles qui sont déformées (opération qui se fait mieux pendant le remontage).

    - Vérification à la loupe de tous les engrenages, ceux du tambour principal, , ceux des axes de transmission et ceux du chariot. Toutes les dents doivent être présentes et non abimées.

    - Nettoyage éventuel des coques (en étant prudent avec celles de type II : pas de produit décapant trop agressif, ni de frottage trop appuyé).

    - Remontage (en même temps que huilage/graissage) selon une procédure qui permet la vérification du fonctionnement au fur et à mesure.

    - Vérification finale.

 

    Comment reconnaître qu'une CURTA a besoin d'un entretien (à ne pas confondre avec un besoin de réparation) ?

 

    - Déjà, par la connaissance du contexte où elle se trouve. Si son propriétaire dit qu'elle est dans l'armoire du grand-père depuis son décès en 1972, inutile d'aller plus loin dans les vérifications.

    - Les curseurs verticaux ne coulissent pas librement ou, à plus forte raison, sont coincés.

   - Les arrêts des curseurs verticaux sur leurs positions d'affichages ne sont pas francs et en même temps souples comme ils devraient l'être.

    - Le cliquetis du cliquet sur son disque n'est pas audible (cliquet bloqué en position relevée par de l'huile figée).

    - De la rouille commence à apparaître autour des deux vis de fixation du fond (signe inquiétant, car les barres de retenues peuvent être atteintes).

    - Le levier d'inversion de compteur de tours ne coulisse pas librement.

    - Après avoir démonté le fond (opération assez facile, mais attention à ne pas échapper la machine, car la coque ne tient plus), des traces d'huile décomposée sont visibles sur le disque de positionnement à zéro autour de l'axe central (taches rouges, blanchâtres et noires). De l'huile en bon état est invisible à l’œil.

    - Toujours avec le fond démonté, la graisse au niveau de la languette de positionnement du tambour principal est décomposée et devenue solide).